Assurance Décès – Invalidité : Bon à savoir (2è partie = Ajout Assurance Déléguée)

Initialement l’objectif de ce post (1ère partie Assurance Décès – Invalidité : Bon à savoir) était de pouvoir comparer les trois techniques de calcul des Assurances Groupe à savoir :
+ Taux de prime fixe appliqué au capital initial
+ Taux de prime fixe appliqué au capital restant dû – Assurance à l’extérieur du taux de prêt (= technique « out »)
+ Taux de prime fixe appliqué au capital restant dû – Assurance à l’intérieur du taux de prêt (= technique « in »)

L’extension des Assurances Déléguées m’amène désormais a compléter l’applicatif initial de calculs/comparaisons en y intégrant cette option.
J’y ai également apporté quelques aménagements.

Quelques rappels concernant l’assurance déléguée.

+ Les taux des primes progressent d’une année sur l’autre en fonction de l’âge des assurés.

+ L’assiette de calcul des primes est le capital restant dû (CRD) au début de chaque année

+ Année par année, les primes à payer sont égales au produit de l’assiette (CRD du début d’année) par le taux de prime fixé pour ladite année, ramenées au mois.

+ Les assureurs affichent un taux moyen de primes ce qui, à mon sens, est tout à fait anormal.

Pourquoi d’ailleurs ce qui est interdit aux banques en matière de crédit est-il autorisé (toléré ?) pour les assureurs ?

En effet, ce taux moyen ne reflète pas du tout la réalité.

Exemples

1) – Avec un crédit
+ Supposons un prêt de 100.000 € à 4% sur 240 mois ; la mensualité sera de 605,98 €.
+ Le total des intérêt payés sera alors de (605,98 x 240) – 100.000 = 45.435,20 €.
+ Si les banques avaient le droit d’annoncer un taux moyen il, serait alors de :
– 45.435,20 / 20 (ans) /100.000 x 100 = 2,27176%.

Or le taux est bien de 4% et c’est parce qu’il s’agirait d’une tromperie qu’il n’est pas légal de procéder ainsi.

2) – Avec une assurance déléguée.
+ Ainsi qu’expliqué ci-dessus, les primes d’assurances déléguées varient du fait de deux paramètres qui évoluent en sens inverse :

– Le taux de prime qui va croissant ave l’âge de l’assuré

– Le capital restant dû (CRD) en début de chaque année qui diminue du fait des amortissements pratiqués.

Concernant ce CRD, au niveau des principes c’est la même chose que pour un crédit sauf que, dans ce dernier cas, le capital restant dû est pris en considération au mois le mois au lieu de l’année.

Si vous vous reportez au cas théorique proposé par défaut dans l’applicatif joint :
+ 100.000 €
+ 360 mois
+ 5%
vous remarquerez que sur 360 mois :

+ Concernant la 1ère tête assurée
– Le taux moyen annoncé est de 0,1688%
– Mais le taux réel est de 0,2637%

+ Concernant la 2ème tête assurée
– Le taux moyen annoncé est de 0,1483%
– Mais le taux réel est de 0,2299%

+ En fonction de l’âge des assurés, compte tenu à la fois des taux de primes pratiqués et de la méthode de calcul ci-dessus rappelée, le coût total des assurances déléguées peut être moins élevé qu’avec les assurances groupe

+ Mais il convient de rappeler qu’il ne sert à rien de comparer le montant des primes payées sans, en parallèle, également comparer les contreparties réellement assurées.
Il s’agit notamment, des conditions spécifiques (délais attente, carence…), limites (âge, montants…) et des exclusions.

+ Autre chose également à signaler dans les assurance déléguées ; c’est le fait qu’en cas de remboursement anticipé, les taux (taux moyens ainsi que taux réels) peuvent s’avérer plus ou moins élevés que ceux annoncés.

– Toujours dans l’applicatif joint, avec le prêt ci-dessus pris par défaut, vous remarquerez l’évolution des taux moyens et réels
– Le taux moyen annoncé est de 0,1688%
– Mais le taux réel est de 0,2637%

– Or en fonction de la date (du rang) d’un remboursement anticipé les taux évoluent en fait comme suit :

Exemple sur la première tête assurée :
Remboursement anticipé………… 60 mois…..120 mois…180 mois…240 mois.. 300 mois
Taux Moyen……………0,1688%…0,1932%… 0,2263%….0,2367%.. 0,2250%… 0,1979%
Taux Réel………………0,2637%…0,1988%… 0,2392%… 0,2613%… 0,2680%… 0,2656%

En renseignant les zones de saisies (cellules vertes) vous pouvez effectuer des calculs comparatifs sur des cas concrets vous concernant.

Cordialement,

cBanque_Comparaison_ADI_Avec_Ass_Déléguée_V2
Edit – Ajout du 21 juillet 2020
Bonjour,

L’applicatif  joint vient en complément du précédent joint aux deux billets ci-dessus qui  permet des comparaisons sur les quatre techniques de calcul des primes principalement utilisées à l’époque à savoir :

+ Taux prime fixe sur capital initial (= Échéances assurances comprises constantes).

+ Taux prime fixe sur capital restant dû technique « out » (Le taux de prime est exclu du taux d’intérêt – Les échéances assurances comprises régressent).

+ Taux de prime fixe sur capital restant dû technique « in » (Le taux de prime est ajouté au taux d’intérêt pour obtenir une échéance constante assurances comprises).

+ Assurances déléguées avec taux variables dans le temps et primes calculées sur le capital restant dû au début de chaque année.

Par le présent ajout je vous propose un autre applicatif beaucoup plus large puisqu’il permet de comparer vingt techniques différentes – utilisées ou potentiellement utilisables – de calcul de primes. à savoir :

=> Primes payées sur toute la durée du crédit :

+ Primes à taux fixe :

01 – Sur capital initial.

02 – Sur capital restant dû technique « out ».

03 – Sur capital restant dû technique « in ».

04 – Sur capital restant dû début année technique « out ».

05 – Sur capital restant dû début année technique « in ».

+ Primes à taux variable :

06 – Sur capital initial

07 – Sur capital restant dû technique « out ».

08 – Sur capital restant dû technique « in ».

09 – Sur capital restant dû début année technique « out ».

10 – Sur capital restant dû début année technique « in ».

=> Primes payées calculées seulement sur les premières années du crédit :

+ Primes à taux fixe :

11 – Sur capital initial.

12 – Sur capital restant dû technique « out ».

13 – Sur capital restant dû technique « in ».

14 – Sur capital restant dû début année technique « out ».

15 – Sur capital restant dû début année technique « in ».

+ Primes à taux variable :

16 – Sur capital initial.

17 – Sur capital restant dû technique « out ».

18 – Sur capital restant dû technique « in ».

19 – Sur capital restant dû début année technique « out ».

20 – Sur capital restant dû début année technique « in ».

Notez que cette liste n’est pas exhaustive et que, s’ils le souhaitaient, certains établissements pourraient encore imaginer d’autres pratiques.

Pour l’exemple, la technique N° 5 de cet applicatif permet autant de paliers d’échéances que de mois ou bien une même échéance lissée sur toute la durée mais l’on pourrait parfaitement envisager une autre option qui serait un palier d’échéance par année.

Chaque fois que la technique le permet, ce qui est principalement le cas pour les techniques N° 11 à N° 20, une possibilité de lissage est permise en remplacement des paliers d’échéances que lesdites techniques génèrent (= Zone de sélection « Paliers/Lissage » – Cellule « F10 »).

Une option « Remboursement anticipé total » à une date à choisir est également proposée ( (= Zone de sélection « Oui/Non » – Cellule « H7 »).

Cette option peut indifféremment être choisie avant ou bien après clic su le bouton « Calcul« 

Pour les techniques N°11 à N°20 où les primes sont payées seulement sur les premières années la durée de calcul est à renseigner en cellule « BD10 ».

Avant de pouvoir utiliser correctement cet applicatif in est absolument nécessaire de renseigner toute les zones (= cellules) matérialisées en vert.

=> Ceci est notamment vrai pour les zones concernant les taux de primes.

En effet c’est la combinaison « Taux de primes/Technique utilisée » qui détermine le montant de la prime à payer

Un taux de prime très bas utilisé avec une technique « pénalisante » (N°11 à N° 20 par exemple) pourra s’avérer plus coûteuse qu’un barème très cher utilisé avec une autre technique.

Pour fixer les idées, sur les trois techniques les plus utilisées l’on peut remarquer que, grosso modo, en euros payés :

+ Un taux de prime de 0,30% sur capital initial

+ Donne le même coût qu’avec un taux de prime à 0,56% sur capital restant dû technique « out

+ Ou bien à 0,54% sur capital restant dû technique « in ».

Si certaines techniques ne vous intéressent pas ou bien si vous ne connaissez pas le taux de primes à y affecter, il convient de les désactiver en cliquant sut les cases à cochées concernées en ligne « 16 ».

ATTENTION : Quand toutes les zones sont bien renseignées il convient alors de lancer les calculs par un clic sur le bouton « Calcul » en cellule « N4 ».

Suivant les traitements demandés le temps de calcul va de quelques instants à deux minutes.

Quand ils sont terminés un « bip » vous prévient et l’applicatif vous dérive vers un second onglet « Synthèse comparative » où il vous suffit de lire les résultats.

A noter qu’il s’agit d’un seul et même crédit où les seuls critères discriminants sont ceux de l’assurance décès-invalidité.

Contrairement à ce qui (hélas) se passe quand les crédits en présence ont des caractéristiques différentes le T.A.E.A. et le T.A.E.G. sont donc fiables et pertinents et ils sont corrélés.

Ils sont à privilégier au « coût des assurances » et au « coût du crédit » et vous pouvez d’ailleurs constater qu’à coûts en euros (quasi) identiques les T.A.E.A./T.A.E.G sont plus ou moins importants et pas corrélés.

Cet applicatif est également joint aux billets de mon blog traitant de ce sujet dont liens fournis en tête du présent post.

Un grand merci à baboune pour sa contribution

Cdt

Comparaisons Assurances Décès-InvaliditéComparaisons Assurances Décès-Invalidité

4 réflexions sur « Assurance Décès – Invalidité : Bon à savoir (2è partie = Ajout Assurance Déléguée) »

  1. Bonjour,

    Je suis dans un cas très particulier concernant mon assurance prêt immobilier.
    J’ai réglé mon assurance de prêt immobilier avec une délégation d’assurance et en prime unique (j’ai tout réglé en une fois)
    J’ai vu pour renégocier mon prêt et j’ai une offre de rachat de crédit immobilier par une banque concurrente. Je me suis alors tourné vers mon assureur pour savoir si je pouvais récupérer le trop perçu de l’assurance de prêt et là il me dit que c’est impossible avec la prime unique !!!
    Je suis très surpris car j’ai payé pour 15 ans et je n’ai été assuré que 5 ans !!
    En gros je dois souscrire à une autre assurance de prêt immobilier car je change de banque !!!
    En effet, je serai resté dans la même banque apparemment un avenant aurait pu être fait !
    Pouvez vous m’éclairer à ce sujet car je trouve très immorale de ne pas reverser le trop perçu.
    Cordialement

    1. Bonjour,

      La première chose qui me semble à faire est de vérifier ce que votre contrat d’assurance indique à ce sujet.

      Si, effectivement, il est prévu que la prime est due même en cas de rachat anticipé là ce me semble un problème juridique (hors de ma compétence) à savoir est-ce qu’une telle clause est légale ?

      En effet, de par l’article 1131 du code civile toute obligation doit avoir une cause; en l’occurrence s’il n’y a plus d’encours de crédit à assurer est ce qu’il est légal de conserver l’intégralité de la prime initialement payée puisque la cause a disparu ?

      La même question se poserait d’ailleurs en l’absence de toute indication dans ledit contrat.

      Peut-être pourriez vous interroger soit la Direction de la Concurrence de la Consommation et Répression des Fraudes et/ou la Fédération Française des Sociétés d’Assurances.

      Cdt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:wink: :-| :-x :twisted: :) 8-O :( :roll: :-P :oops: :-o :mrgreen: :lol: :idea: :-D :evil: :cry: 8) :arrow: :-? :?: :!: